Attentat à N’Djamena : pas moins de 23 morts

Au moins, 23 personnes ont perdu la vie suite à des attentats suicide à la bombe frappant un quartier général de la police et de l’académie dans la capitale du Tchad, N’Djamena.

Le ministre de l’Information tchadien, Hassan Sylla Bakari, a déclaré lundi après-midi que quatre assaillants se sont fait exploser dans la matinée, dans les doubles attentats. Plus de 100 autres personnes ont également été blessées lors des attaques, a-t-il ajouté.

Entre-temps, le ministre de l’Intérieur Abderahim Bireme Hamid a déclaré que les forces de sécurité avaient sécurisé la zone. Il était trop tôt pour donner le nombre exact de la victime de l’incident, a-t-il ajouté. Le gouvernement a été également convoqué à une réunion d’urgence après ces attentats à la bombe.

Depuis le 8 Mars, Tchad avec le Niger, le Cameroun et le Nigeria ont mené simultanément une offensive contre des militants de Boko Haram dans l’État de Borno au Nigeria. Des milliers de soldats du Niger et du Tchad se sont postés dans Bosso et Diffa en janvier. L’attaque a réussi à récupérer des pans entiers de territoire saisis par Boko Haram Takfiris.

Des dizaines de militants de Boko Haram à bord des bateaux motorisés ont attaqué le village de pêcheurs de Ngouboua, qui se trouve à environ 20 kilomètres (12 miles) à l’est de la frontière nigériane, le 13 février, et ont attaqué un poste de police et incendiées des maisons. Un villageois, sous couvert d’anonymat, a témoigné à l’époque qu’« ils sont venus à bord de trois pirogues et ont réussi à tuer une dizaine de personnes avant d’être repoussés par l’armée ». Un porte-parole des forces armées a déclaré que cinq Tchadiens ont été tués, y compris un chef local Mai Kolle, un policier et trois civils.

Boko Haram, dont le nom signifie « l’éducation occidentale est interdite », a pour principal objectif de renverser le gouvernement nigérian. Il a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques et attentats meurtriers dans diverses régions du pays.

Environ 15 000 personnes ont été tuées et 1,5 million autres se sont déplacés depuis que Boko Haram a commencé son militantisme en 2009.

Source : www.presstv.ir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>