Crash d’avion en Indonésie : 142 morts

Un avion militaire transportant 122 personnes a percuté un quartier dans la ville indonésienne de Medan mardi, tuant tous ceux qui étaient à bord, a déclaré le porte-parole en chef des forces armées du pays. Au moins 20 personnes sur le terrain ont également été tuées, et la recherche ainsi que les efforts de sauvetage se poursuivaient ce mercredi.

Dans la matinée de mercredi, 142 corps avaient été retrouvés, selon Sairi Saragih, un porte-parole de l’Hôpital général Adam Malik de Medan, où les corps ont été amenés pour l’identification. Le porte-parole en chef de l’armée, le major-général Fouad Basya, a déclaré mardi qu’il n’y avait pas de survivants parmi l’équipage et les passagers. La cause de l’accident n’a pas encore été déterminée. Le Maréchal Agus Supriatna avait dit plus tôt dans une interview télévisée que 101 des personnes à bord du C-130 Hercules étaient membres de la famille du personnel militaire, et que 12 militaires étaient également à bord. General Fuad a indiqué plus tard mardi qu’un total de 122 personnes était dans l’avion. Maréchal Agus a déclaré que le crash avait eu lieu peu après que l’avion ait décollé de la base aérienne de Soewondo à Medan et le pilote avait demandé la permission de retourner à la base. L’avion faisait un vol de routine, avec de multiples arrêts programmés.

La Force aérienne indonésienne a eu cinq autres accidents d’avion au cours des 10 dernières années, avec 155 personnes tuées, selon le site Aviation Safety Network. Le plus meurtrier avant mardi était le crash d’un C-130 en 2009, qui est turbopropulseur de construction américaine à quatre moteurs, près de la ville de Madiun dans l’est de Java, qui a fait 97 décès et les membres de l’équipage ainsi que 2 personnes sur le terrain. Cet avion avait percuté plusieurs maisons sur son approche de la piste. En 2005, un accident d’un Boeing 737-200 exploité par Mandala Airlines au moment du décollage a fait 100 morts et les membres de l’équipage ainsi que 49 personnes sur le terrain.

M. Soejatman, l’analyste de l’aviation, a déclaré que l’armée s’était plainte dans le passé de l’embargo sur les armes américaines, mis en place en réponse à des abus au Timor oriental, avait nui à sa capacité à maintenir l’avion. Mais cet embargo a été levé en 2005 et n’est plus une excuse valable. «À l’époque, le crash était facile à expliquer. Maintenant, nous ne disposons pas d’un embargo. Nous devons voir si cela est dû à un problème ou si cela était juste un accident. »

Source: www.nytimes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>