Explosions à Maiduguri : 54 morts

Au moins 54 personnes ont été tuées et 90 autres blessées dans plusieurs attaques à la bombe dans la ville nigériane nord de Maiduguri dans la soirée de dimanche, selon un porte-parole de la police le lendemain. La responsabilité des explosions n’a pas encore été revendiquée, mais les traces du groupe islamiste Boko Haram étaient remarquables.

Victor Isuku, un porte-parole de la police à Maiduguri, a indiqué qu’un kamikaze suspecté de Boko Haram a fait exploser les IED (engins explosifs improvisés) dans une mosquée d’Ajilari et quelques insurgés ont également jeté les IED dans un centre de visualisation. Le nombre total de victimes s’élève maintenant à 54 morts. Selon un porte-parole de l’armée nigériane, trois bombes auraient explosé.

Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, est le berceau de l’insurrection Boko Haram, qui a tué des milliers de personnes et en a déplacé près de 2,1 millions autres. La ville a été libre d’attaque pendant environ un mois. Le dernier attentat à la bombe s’était produit en fin Juillet et il y avait une embuscade avec des militants présumés de Boko Haram sur la périphérie en mi-Août.

Le dimanche soir, deux bombes ont explosé à un point de contrôle près d’un marché dans la ville de Borno Monguno, d’après trois résidents lundi. Monguno est à environ 135 kilomètres au nord de Maiduguri. « A environ 21h30, la première bombe a explosé. Nous avons commencé à courir, puis arrive la déflagration de la deuxième. Plus tard, nous sommes revenus pour aider, nous avons évacué 16 cadavres à l’hôpital général de Monguno et 28 blessés », a déclaré Bukar Lawal, un résident de la ville qui a également aidé le transport de certains des blessés à Maiduguri.

Mohammadu Hafis, un autre résident qui a également aidé à transporter les blessés, a fait état de 16 décès sur place et deux autres le lundi. Après l’investiture du président Muhammadu Buhari, les attaques ont augmenté dans le nord du Nigeria et de Maiduguri, frappé sur une base quasi hebdomadaire. Une nouvelle offensive lancée par l’armée nigériane pour supprimer Boko Haram sur plusieurs villes au cours du dernier mois a vu une forte baisse de la fréquence des attaques dans Borno, le plus touché par l’insurrection, et les pays voisins.

Source:: www.iol.co.za

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>