Octuple infanticide : Procès de Dominique Cottrez à Douai

Dominique Cottrez est jugée dans la matinée de jeudi devant la cour d’assises du Nord à Douai pour avoir étouffé à mort huit de ses nouveau-nés à partir de 1989, un octuple infanticide. La cause, selon elle, serait que ces bébés-là étaient nés d’une longue relation incestueuse avec son père.

Cette ancienne aide-soignante âgée de 51 ans, ayant déjà deux filles adultes, est accusée de plusieurs chefs d’accusations au premier degré des mineurs de moins de 15 ans, encourant la perpétuité si est reconnue coupable par un jury dans la ville septentrionale de Douai. Il s’agit du pire cas d’infanticide dans l’histoire française moderne qui a stupéfié le pays lorsque les corps ont été découverts à l’intérieur et autour de la maison de Cottrez en 2010. Elle aurait dit aux enquêteurs que depuis plus d’une décennie, ses grossesses étaient bien arrivées à terme mais qu’elle a tué les bébés à la naissance.

L’obésité de Cottrez cachait pour cacher les grossesses qui étaient passées inaperçues par son mari, enfants, voisins, collègues et même les médecins dans un hôpital voisin. Des dizaines d’experts en médecine légale et psychiatriques, les enquêteurs de la police et des témoins, y compris son mari, ses filles, frères et sœurs, sont prévues pour témoigner. Les documents judiciaires rapportent qu’elle avait déclaré aux enquêteurs avoir été violée par son père, décédé en 2007, quand elle avait huit ans et à plusieurs reprises pendant toute son enfance et son adolescence. Adulte, elle aurait entretenu une longue relation incestueuse avec lui, même après son mariage, et a dit être devenue consentante et même avoir été amoureuse de lui plus qu’elle l’était avec son mari.

L’un des premiers témoins appelé à la barre ce jeudi est Leonard Mériaux, le nouveau propriétaire de la maison de la famille Cottrez qui a découvert le premier cadavre dans le jardin en 2010. Il a fait appel aux autorités policières qui avaient trouvé un autre corps dans le jardin et six de plus dans le garage. Les enquêteurs ont soupçonné rapidement Cottrez qui a avoué l’octuple infanticide. Elle a dit au juge d’instruction n’avoir jamais utilisé la contraception ou eu recours à un avortement à cause d’une phobie des médecins. L’infanticide serait, pour elle, un moyen de contraception puisqu’elle avait peur des résultats de ses relations incestueuses avec son père. Le verdict est attendu pour jeudi prochain.

Source: www.ctvnews.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>