Une entreprise de pompes funèbres intervertit par erreur deux corps

Une entreprise de pompes funèbres de Berlin échange accidentellement deux corps, un incident qui s’est déjà produit à Marseille l’an dernier. La famille du défunt Bernd G. âgé de 70 ans a dû subir deux enterrements malgré elle et a dû faire appel à un avocat pour le malencontreux incident.

Les funérailles suivies de l’enterrement de Bernd G se sont déroulées le 28 août dernier, du moins c’est ce qu’a pensé fa famille quand son fils Sascha G âgé de 41 ans a fait appel au salon funéraire « Berolina ». Deux jours après l’enterrement, un responsable rentre en contact avec lui pour l’informer que le cercueil n’était pas celui de son père mais celui d’un autre homme. Son père aurait été incinéré par erreur.

Recevant l’urne dans lequel se trouvent les cendres de son père, Sascha G l’installe dans un cimetière mais sa veuve manque de force pour y assister. Soulagé d’une part que son père retrouve enfin son dernier repos, il reste cependant confus et se demande si c’étaient vraiment les cendres de son défunt père auquel il fait un dernier au revoir pour la deuxième fois. Une très mauvaise expérience pour la famille et les proches puisqu’un test ADN n’est plus possible à ce stade. Un corps de quelqu’un d’autre a dû être exhumé et un autre incinéré.

Hartmut Woite âgé de 72 ans, directeur du salon funéraire Berolina, transporte personnellement l’urne au cimetière mais décline la responsabilité de la malencontreuse confusion au transporteur mandaté par lui. L’histoire a mis Sascha G à rude épreuve. Il confie que cette incertitude durera jusqu’à la fin de sa vie. L’avocat Arndt Kempgens s’occupe désormais des intérêts légaux de la famille. « La chose la plus importante à présent est de tenter de surmonter le chagrin. Après cela, le problème sera légalement résolu. Nous voulons savoir exactement ce qui a conduit à cette erreur importante », a-t-il ajouté. « Bien sûr, il y a des créances financières, en particulier des compensations qui ne peut être déterminée qu’après l’achèvement du bilan psychologique.

Source: Bz-berlin.de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>