Porto Rico : L’ouragan Maria fait 3 000 morts

Le bilan officiel de Porto Rico à la suite du passage de l’ouragan Maria, la tempête la plus puissante qui ait frappé l’île des Caraïbes depuis près d’un siècle, est passé de 64 à près de 3 000, selon un rapport du gouverneur du territoire américain. L’étude a estimé que 2 975 décès pourraient être attribués directement ou indirectement à l’ouragan Maria depuis septembre 2017, touchant l’île avec des vents proches de 241 km à l’heure, jusqu’en mi-février de cette année.

Le dernier chiffre enregistré à Porto Rico provient des comparaisons entre la mortalité prévue dans des circonstances normales et les décès documentés après la tempête, un chiffre qui s’est avéré être 22% plus élevé. Les chercheurs ont indiqué qu’ils s’étaient reliés à divers facteurs pouvant expliquer les fluctuations de la mortalité, notamment le déplacement d’environ 241 000 résidents ayant fui l’île immédiatement après la tempête. Ils ont également constaté que les pauvres et les personnes âgées étaient particulièrement touchés par l’issue fatale. La réaction d’urgence à Maria est devenue très politisée, l’administration Trump ayant été accusée d’être lente à reconnaître la gravité de la dévastation et trop lente à fournir des secours en cas de catastrophe à Porto Rico, une île de plus de 3 millions d’habitants.

Maria serait le troisième ouragan majeur à frapper les États-Unis avec une force meurtrière, après Harvey au Texas et Irma aux Caraïbes et en Floride. Le nombre de victimes de la tempête est resté controversé, car des enquêtes non officielles et des recherches indépendantes ont montré que les pertes de vies humaines étaient beaucoup plus élevées que 64 personnes officiellement considérées comme ayant péri dans la catastrophe. L’étude du mardi 28 août 2018, menée par l’école de santé publique du Milken Institute de l’Université George Washington et publiée mardi, a été présentée comme la plus complète à ce jour. L’attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a déclaré que l’administration soutenait «les efforts visant à assurer la pleine responsabilité et la transparence des victimes» de l’ouragan.

La deuxième phase de l’étude examinera les causes et les facteurs contribuant aux décès, a déclaré Carlos Santos-Burgoa, professeur de santé mondiale, qui était l’investigateur principal de l’étude. Le nombre élevé de morts, classant Maria parmi les pires catastrophes naturelles de l’histoire des États-Unis, prouvait qu’il y a manque de préparation aux différentes catastrophes, et l’instabilité financière ainsi que la fragilité des infrastructures rendaient Porto Rico particulièrement vulnérable face à la catastrophe. Le rapport a été réalisé en collaboration avec l’École supérieure de santé publique de l’Université de Porto Rico, à la demande du gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello.

Source: France24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>